Musée du cidre, Nava

Le cidre est ze boisson des Asturies, c’est tout une institution avec des normes aussi spécifiques qu’originales pour le servir et pour le boire.

Pour visiter le musée il faut se rendre à Nava, à 30km d’Oviedo. Les visites se font obligatoirement guidées et durent 1 heure (la dernière se faisant 1 heure avant la fermeture). Comme leur web indique qu’il y a des infos traduites pour les visiteurs étrangers je me dirige au guichet, toute contente, pour payer mes billets et demander lesdits renseignements. Je voyais bien sur le carnet de notes du guide (oui, je lis à l’envers, comme beaucoup de mamans!) que ce jour-là il y avait eu 2 visites de français et 3 italiens, la veille 3 français, 2 anglais et 2 allemands, l’avant-veille 4 français etc…chouette, je vais l’avoir mon info en français!  Et ben non…pas d’infos disponibles en langues étrangères, les visites sont guidées en espagnol mais peuvent être en français pour les groupes. Bon, comme le gars du guichet était sympa je lui ai  laissé la vie sauve ! :-)

En attendant l’heure de la visite on peut s’exercer à verser du cidre à l’asturienne. Ça y est je vous sens attentifs là!….Alors c’est simple…bon…non…ce ne l’est pas du tout en fait… Il faut se tenir debout, prendre le verre dans la main droite et la bouteille dans la main gauche (ou le contraire, on ne va pas chipoter non plus), on lève la bouteille jusqu’au-dessus de notre tête, le bras étendu mais pas tendu, tandis que l’autre bras se tient le long du corps, devant nous, le  verre (incliné) se situe donc au niveau de l’entre-jambe. Je vous épargne les détails de comment il faut prendre la bouteille et le verre, car les doigts doivent avoir une position spécifiques aussi, tout vous sera expliqué là-bas. On bascule lentement la bouteille de façon à ce que le liquide coule jusque dans le verre en cognant le bord de celui-ci. Alors?…impressionnés? Vous pouvez y aller de bon cœur, dans le musée on s’entraîne avec de l’eau!

Alors on ne sert pas le cidre comme ça  pour le fun hein?…c’est pour l’oxygéner, remuer le gaz qu’il renferme en fait! On pourrait le faire autrement? mouai…il y a d’ailleurs des bars équipés d’une machine à servir le cidre…franchement c’est nul, on perd les traditions là! Il y a une autre particularité en plus de servir le cidre, c’est la façon dont on le boit. Calmos, pas de panique, il n’y a pas d’acrobaties à faire, il faut juste bien choisir avec qui on le boit!

Le cidre est une boisson sociale, alors évidemment on peut s’assoir tout seul et demander une bouteille, on ne vous refusera jamais une bouteille de cidre, beaucoup la boive en lisant leur journal d’ailleurs, mais en principe c’est une boisson qui se prendre entre amis, en famille, collègues de travail,etc. On commande une ou deux bouteilles selon le nombre de personnes…1 bouteille pour 4 par exemple, et on vous ramène un verre…un seul, oui vous avez bien deviné, on boit tous du même verre. Bon alors depuis qu’il y a eu la grippe A il y a plus de verres mis à disposition des clients…mais n’allez pas demander un verre par personne non plus hein! Le verre n’est rempli qu’à peine au quart (et on appelle ça “un culín”…traduisez par “petit cul”) et il faut faire cul sec, on laisse un léger fond que l’on jette par terre, ou dans des fonds de tonneaux prévus à cet effet, par l’endroit où vous avez bu pour le rincez et le passer à votre voisin..d’où l’importance de bien choisir ses amis quand on va boire du cidre hihi. Non, vous n’aurez pas à vous servir, à chaque fois que vous ressentez le besoin de boire vous appelez le serveur, il viendra vous servir et en principe il fera une tournée pour tous. Inutile de vous dire qu’une bouteille entre 4 est vite terminée et qu’il faudra bien en commander 2 ou 3 autres. Pas de panique, il y en a que pour 2,30/2,50€ en moyenne par bouteille. Normalement on prend des tapas en même temps parce qu’il est bien connu ici que le cidre se boit bien, il se boit vite et d’un seul coup tu sais plus où t’habites!!

Bon, revenons au musée. La visite, en espagnol donc, est du style participatif. Des questions sont posées aux visiteurs et en général on répond par une tête d’ahurie. En plus nous on a eu de la chance, on est tombé dans le même groupe qu’un gamin de 3 ans environ qu’on va appeler “Juan” pour préserver son identité. Pour vous illustrer un peu le phénomène, avant de commencer la visite, le guide  informe Juan que les enfants qui ne sont pas sages sont enfermés dans le tonneau où, en plus de faire tout noir, iront le visiter le trasgu, le diablu burlón, le nuberu (personnages de la mythologie asturienne)…Juan a donc fermé son clapet pendant au moins 2 minutes! La visite commence, le guide nous explique qu’il n’y aurait pas de cidre sans pommes ni de pommiers sans abeilles…et vue sur une ruche réelle connectée à l’extérieur. Juan, fait son apparition après un dérapage incontrôlé mais le guide, et là on sent l’expérience, le prend aussitôt sous son “protectorat”. Ouf…finalement on va être tranquille. La visite continue, on nous montre le processus par lequel passe les pommes avant d’arriver dans notre verre. On nous explique comment on le fabriquait avant, les pressoirs sont impressionnants…Juan aussi…il a échappé à la vigilance du guide, celle des parents étant quasiment inexistante…on passe aux outils d’antan…j’enfournerai bien  un trognon de pomme dans le gosier de Juan moi…Il y a même une reconstruction d’un “chigre”…bar asturien (parfois un simple local) où on ne sert que du cidre (Juan tu viens, on retourne au pressoir, tu vas voir c’est rigolo…monte!).

Le cidre se boit en toutes occasions et pendant les fêtes il est toujours accompagné de quelques instruments traditionnels des Asturies: la gaïta (genre de cornemuse) et/ou le tambour. La bonne nouvelle c’est qu’on peut y jouer dans le musée, mon fils a d’ailleurs essayé la gaïta, bon, elle est électronique et il n’y a pas besoin de souffler, en plus le guide l’aidait à placer ses doigts..super…la mauvaise nouvelle c’est que Juan l’accompagnait au tambour et que, encouragé par les applaudissements des assistants, il ne s’arrêtait plus!

La visite se termine par une dégustation de cidre. Ne surtout pas faire la comparaison avec notre cidre à nous, ici il se boit amer.

Perso j’ai bien aimé mais forcément, j’ai compris toutes les explications. La visite est plutôt ludique (demandez à Juan) et même si on ne parle  pas l’espagnol vous devriez comprendre au moins 60% des explications.

Site web du musée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *